GLOSSAIRE... LEXIQUE DE DIDACTIQUE...VOCABULAIRE DE PEDAGOGIE...

 

 
A - B - c - d - e - f - g - h - i - j - k - l -
m - n - o - p -  q - r - s - t - u - v - w - x - y - z
 
 

 
 

A   

ACTE DE PAROLE : Action qu’accomplit la parole de par son insertion et son fonctionnement pragmatique. Dire, c’est toujours faire. Prenant la parole, j’asserte ou je promets, j’explique ou je demande, je félicite ou j’injurie. Et ma parole a des effets : elle ennuie ou enthousiasme, fait faire ou empêche de faire, convainc ou irrite.

APPRENANT : Individu en situation d’apprentissage. Formé de la même manière qu’un mot comme étudiant, « apprenant » insiste sur l’acte d’apprendre, dont il place l’initiative du côté de celui qui apprend.

APPROCHE COMMUNICATIVE : Vers le début des années 70, en réaction contre la méthodologie audio-orale et la première génération des méthodes audiovisuelles, on voit émerger une méthodologie de la communication, appelée par la suite « approche communicative ». L’analyse des besoins des apprenants détermine le contenu du cours. Les habilités à acquérir en fonction de ces besoins sont répertoriées puis travaillées « en situation », en prenant en compte tous les aspects qui y sont liées : linguistique, extra-linguistique, contextuel… On cherche à faire acquérir non seulement une compétence linguistique, mais aussi une compétence communicative, d’où le travail sur les savoirs, et aussi sur les savoir-faire.

APPROCHE FONCTIONNELLE : Partant des mêmes présupposés que l’approche communicative, elle cherche, par une analyse des besoins, à connaître les notions (notions de localisation dans l’espace, dans le temps…) et les fonctions (langagières) qui seront les plus nécessaires aux apprenants.

B     (Haut de la page)

C

CAPACITE : aptitude acquise ou à faire acquérir et à développer par l’apprentissage. Elle permet à l’élève de réussir dans une activité intellectuelle.

CHAMP LEXICAL : Ensemble des mots que la langue regroupe ou invente pour désigner les différents aspects d’une technique, d’un objet, d’une notion.

CHAMP SEMANTIQUE : Ensemble des emplois d’un mot, dans et par lesquels ce mot acquiert une charge spécifique.

COHERENCE : C’est la relation entre les idées exprimées par les propositions d’un texte. Alors que la cohésion renvoie à la façon dont les propositions sont liées entre elles par diverses opérations structurales pour former des textes, la cohérence concerne la manière dont ces phrases servent à créer différents types de discours.

COHESION : on définit la cohésion comme la relation explicite signalée par des indices linguistiques entre les propositions ; ces propositions sont liées entre elles par diverses opérations structurales pour former des textes.

Collaboration (travail collaboratif): Une collaboration « est un travail en commun ; un travail entre plusieurs personnes qui génère la création d’une œuvre commune » (le petit Robert, 1995). Dans le domaine de l’enseignement/apprentissage, le travail collaboratif entre apprenants et/ou enseignants se concrétise le plus souvent par un travail d’équipe, « l’équipe étant perçue comme étant un groupe de personnes interagissant afin de se donner ou d’accomplir une cible commune, laquelle implique une répartition de tâches et la convergence des efforts des membres de l’équipe » (Alaoui, Laferriere, Meloche, 1996 : p 4). Dans les cas où la cible commune d’un travail d’équipe est un but ultime à atteindre nous parlerons de travail coopératif visant l’apprentissage, lequel peut se définir comme suit : "l’apprentissage coopératif est une activité d’apprentissage en groupe, organisée de façon à ce que l’apprentissage soit dépendant de l’échange d’informations socialement structuré qui s’effectue entre les apprenants du groupe. C’est également une activité dans laquelle l’apprenant est responsable de son propre apprentissage et motivé pour participer à l’apprentissage des autres. » (Lopriore, 1999 : p 134). Les tâches coopératives en formation « supposent l’assignation d’une tâche collective exercée en groupe restreint, exigeant un maximum d’interactions entre pairs, sans la supervision directe et immédiate du formateur » (Carré et Caspar, 1999 : p 298). Ainsi, contrairement à une collaboration, une coopération n’engendre pas nécessairement la création d’une œuvre commune. Nous parlerons de travail collaboratif lorsque la cible commune du travail d’une équipe consiste, outre le travail en groupe, en la réalisation d’un produit final. Par travail collaboratif, nous désignons donc, d’une part, la coopération entre les membres d’une équipe et, d’autre part, la réalisation d'un produit fini : Internet apparaît alors comme l’outil " adéquat " pour mettre en oeuvre des pédagogies « collaboratives ». En effet, ses fonctionnalités de communication et de consultation sont utilisées dans le travail collaboratif pour la partie coopérative. Les possibilités qu’offre Internet en termes de création permettent la réalisation et la publication d’objets communs, le plus souvent des sites: les deux moments du travail collaboratif sont servis par le même outil.

Ainsi, dans notre typologie, la distinction que nous faisons entre la communication et le travail collaboratif se situe en termes d’objectifs. Communiquer est une fin en soi et ne donne pas forcément lieu à des réalisations visibles par tous alors que, dans un projet collaboratif, le but est de créer quelque chose en groupe et notamment en communiquant. La communication est alors un moyen et non pas une fin en soi.

COMPÉTENCE : Il s’agit d’un savoir-faire en situation, lié à des connaissances intériorisées et/ou à l’expérience. On ne peut l’observer que par la réalisation des tâches demandées au moment de l’évaluation (performance ou comportement observable).

 

Connaissances déclaratives/connaissances procédurales et connaissances conditionnelles: Les recherches en psychologie cognitive montrent, selon Tardif (1992), qu'il existe trois types de connaissances: les connaissances déclaratives, les connaissances procédurales et, enfin, les connaissances conditionnelles.

Les connaissances déclaratives correspondent au savoir théorique. Savoir que la terre tourne autour du soleil est un exemple de ce type de connaissances. En fait, ces connaissances sont souvent ce qu'on peut apprendre par coeur. À l'école, une grande part de ce qu'on enseigne est de type déclaratif.

Les connaissances procédurales, comme le terme l'indique, concernent les procédures; il s'agit ici de savoir comment faire.

Conduire une automobile exige un grand nombre de connaissances procédurales. Il faut, par exemple, savoir enfoncer la pédale d'embrayage pendant qu'on change la vitesse de la main droite tout en rectifiant la direction avec le volant tenu de la main gauche, sans oublier de regarder la route, etc. Toute cette marche à suivre paraît très lourde au conducteur débutant. De plus, si elle est mal exécutée, le risque d'échec est grand (bris de moteur, accident!). Pourtant, avec un peu d'expérience, la tâche devient presque machinale. Les connaissances procédurales ont en effet la propriété de s'automatiser; à force d'exécuter une marche à suivre, cette dernière ne requiert plus qu'un minimum d'attention, un minimum de charge cognitive. Dans l'univers scolaire, on enseigne aussi des connaissances procédurales, comme calculer une division avec des décimales.

Les connaissances conditionnelles concernent les connaissances requises pour savoir quand avoir recours aux autres connaissances. Il s'agit ici de connaître les conditions d'application de telle ou telle connaissance, et surtout de savoir reconnaître ces conditions dans une situation nouvelle. Devant un problème de mathématiques, reconnaître le besoin d'effectuer une division relève de ce dernier type de connaissances. Pour Moffet (1993) comme pour Tardif (1992), ce sont les connaissances conditionnelles qui sont responsables du transfert.

Dans leur forme, les connaissances conditionnelles et procédurales peuvent se ressembler. En effet, la reconnaissance d'un phénomène dans un contexte nouveau peut faire appel à une série de conditions qui s'appliquent comme une procédure: par exemple, si on a «telle, telle et telle chose», alors il faut faire une division. On a ici une série de connaissances conditionnelles dont la conclusion est l'identification d'un phénomène. Les connaissances procédurales, elles, ne s'appliquent qu'après la reconnaissance du phénomène: s'il faut effectuer une division, alors il faut faire «telle, telle et telle chose». (Marie Nadeau In.Pour un nouvel enseignement de la grammaire. Collectif sous la direction de Suzanne-G. Chartrand. Editions .LOGIQUES. Québec.1996.)

 

CONSIGNE: Ordre donné pour faire effectuer un travail. Énoncé indiquant la tâche à accomplir ou le but à atteindre.
Concevoir une consigne de travail est une activi­té qui mérite une très grande attention, car de la qualité de la consigne dépend en partie la qualité du travail effectué. De plus, une même consigne peut être interprétée différemment par plusieurs individus : la lecture d'une consigne active des mécanismes de compréhension et d'interpréta­tion qui permettent au sujet de construire une représentation de la tâche ou du but à atteindre. Si cette représentation n'est pas adéquate, la tâche ne sera pas exécutée correctement. La problématique de la compréhension des énoncés est une question centrale de la psy­chologie cognitive.
Pour s'assurer de la clarté d'une consigne, il faut essayer de vérifier si elle répond aux questions qui ? quoi ? quand ? où ? pour quand ? com­ment ? pourquoi ?
Pour vérifier qu'une consigne a bien été compri­se, il faut la faire reformuler, éventuellement plusieurs fois : le contrôle du feed-back est in­dispensable dans toute bonne communication.
S'il s'agit d'une consigne de travail rédigée (tâ­che précise à effectuer), nous ne connaissons aucune autre validation possible que celle de l'expérimentation (analyse de l'interprétation des consignes à l'issue de l'activité).   Françoise Raynal & Alain Rieunier.

 

CRITERIEE : (évaluation) Evaluation dont le cadre de référence des jugements de valeur est constitué par des objectifs ou des performances cibles.

L’évaluation est critériée lorsqu’elle ne compare pas l’apprenant aux autres, mais qu’elle détermine, par la référence à des critères, si, ayant maîtrisé tel objectif, l’élève est capable de passer à d’autres apprentissages.

D     (Haut de la page)

DIAGNOSTIC : Évaluation diagnostique. Effectuée pendant l’apprentissage, elle informe l’enseignant et l’élève. Elle permet également à l’enseignant d’adapter son enseignement.

E

ÉNONCIATION : L’énonciation constitue la situation du discours qui actualise la manifestation linguistique qu’est l’énoncé. Dans un message, on peut analyser isolément (d’un point de vue purement linguistique) et l’énonciation qui peut être entendue comme la réalisation d’un échange linguistique par des locuteurs précis (statuts, types de relations, intentions) dans le cadre de circonstances particulières.

Erreur

Doit-on permettre aux élèves de faire des erreurs comme le proposent bien des pédagogues (en particulier CLAPAREDE ou DEWEY), ou faut-il au contraire organiser l'environnement, comme le préconise SKINNER, de telle sorte que l'enfant ne fasse pas d'erreur ( ce qui est effectivement possible avec un cours programmé correctement construit) ?

Les deux hypothèses ont leurs défenseurs. Pour Skinner, il faut proposer de toutes petites étapes à l'apprenant. Les questions étant simples, l'apprenant réussira à chaque fois, et encouragé par son succès, continuera. à se livrer à l'étude. Il suffira d'espacer progressivement les renforcements au cours du temps, pour que l'apprenant continue à apprendre et se contente, à terme, de renforcements de plus en plus espacés.

Pour d'autres théoriciens, en particulier pour les psychologues cognitivistes qui considèrent l'individu humain comme une vaste centrale de traitement de l'information, l'erreur fait partie du processus de traitement. C'est un événement normal dans une procédure complexe de résolution de problèmes, c'est éventuellement le symptôme d'un dysfonctionnement cognitif, ou tout simplement un état du processus de conceptualisation.

Du point de vue du formateur, elle permet d'identifier le ou les obstacles qui entravent le processus d'apprentissage. Le formateur et le formé peuvent rechercher les origines de l'erreur produite et trouver alors les corrections possibles. Il en résulte que la qualité du feedback offert à l'apprenant par l'environnement (le maître, les autres, les situations... ) est déterminante de la réussite des apprentissages. Nous pensons que le renforcement est important dans la mesure où il fournit à l'individu des informations sur la qualité de sa réponse. Dans cette perspective, il n'est pas grave que l'élève fasse des erreurs, à condition qu'il en soit rapidement informé, que l'erreur ne soit pas suivie d'une punition et qu'il ait les moyens de découvrir la bonne réponse.

Pour les enseignants qui pratiquent une pédagogie différenciée, l'erreur, faisant apparaître les représentations et les stratégies cognitives des élèves, est indispensable. C'est à partir des erreurs des apprenants que l'enseignant peut effectuer des diagnostics et piloter les activités d'apprentissage dans des parcours différenciés.

Enseignant stratégique: Selon Jacques Tardif,  l'enseignant stratégique est un penseur, un preneur de décisions, un motivateur, un modèle, un médiateur et un entraîneur.

L'enseignant est d'abord un penseur. A ce titre, il est un expert en continu : il tient compte non seulement des connaissances antérieures de l'élève, de ses perceptions et de ses besoins, mais aussi des objectifs du programme ou du curriculum, des exigences des tâches proposées et de l'utilisation effective de stratégies d'apprentissage appropriées. Il s'assure que le matériel qu'il met à la disposition des élèves est adéquat et pertinent en vue d'assurer un transfert des connaissances à l'extérieur de la salle de classe. Il se peut qu'il écarte même un matériel publié ou qu'il en modifie les séquences.

L'enseignant est un preneur de décision. Il est tout le contraire d'un technicien qui se contente de suivre à la lettre les prescriptions d'une méthode ou d'un manuel. Son objectif étant que l'élève devienne autonome le plus rapidement possible, l'enseignant stratégique prend des décisions quant au contenu, aux séquences de présentation, il appréhende les erreurs que pourrait commettre l'élève et il prévoit des exemples et des contre exemples afin de le contrecarrer (l'erreur fait partie de la construction du savoir et de l'acquisition de compétences).

L'enseignant motivateur. En vue de soutenir la motivation, l'enseignant rend évident pour l'élève la pertinence personnelle, sociale ou professionnelle des activités qu'il a choisies et leur lien avec le monde réel, à l'extérieur de la classe, où l'élève aura à réutiliser les connaissances et les habiletés acquises.
Il insiste auprès des élèves afin de bien leur faire comprendre que son but est de les aider à apprendre, à acquérir des connaissances et des compétences.

L'enseignant modèle. En didactique des langues, par exemple, mais aussi à l'école maternelle et élémentaire, il est clair que l'enseignant est un modèle de locuteur compétent dont l'élève a tout intérêt à s'inspirer, sinon à imiter, en vue de modeler sa performance.

L'enseignant a également un rôle de médiateur. Il discute avec l'élève de sa perception de la difficulté de la tâche, de ses chances à réussir et des facteurs qui peuvent soit y contribuer, soit y nuire. Il rappelle à l'apprenant ses connaissances ou ses expériences antérieures qui peuvent être mises à profit pour l'accomplissement d'une tâche donnée. Ainsi, il amène l'élève à prévoir les difficultés et à planifier les solutions.

Enfin, l'enseignant a un rôle d'entraîneur. L'apprenant est un apprenti et l'entraîner signifie le placer dans des situations où il aura à exécuter des tâches complètes et signifiantes. Nos pratiques pédagogiques ont été enrichies (dans les années 70-80) par l'approche communicative, qui a mis en lumière l'importance d'un apprentissage langagier signifiant pour l'élève.
Il faut bien sûr travailler la forme, mais l'élève doit surtout être placé dans des situations de résolution de problèmes, devant des tâches complètes et aussi proche que possible du réel.

Jacques TARDIF Pour un enseignement stratégique : l'apport de la psychologie cognitive. Montréal, Editions Logiques, 1992.

F     (Haut de la page)

FORMATIVE : Evaluation entièrement intégrée à l’apprentissage, elle intervient avant, pendant  le cursus de formation. Centrée sur l’élève, elle mesure ses résultats en fonction d’objectifs opérationnels. Elle est une aide à l’enseignement/apprentissage, en permettant à l’enseignant de réguler le premier et à l’élève de gérer le second.

G

H

I     (Haut de la page)

Indicateur: comportement observable à partir duquel on peut inférer de l'atteinte d'un objectif ou de la maîtrise d'une capacité. Il n'y a pas de déductibilité des indicateurs à partir de l'objectif ou de la capacité et ceux-ci ne sont pas réductibles à la somme des indicateurs qui peuvent permettre d'en inférer l'existence. En ce sens, le choix des indicateurs et leur pertinence sont toujours questionnables.

Indicateur de réussite: sélection de quelques critères de réussite d'une tâche suffisamment significatifs pour en avoir une représentation minimale permettant d'en engager la réalisation. La liste de ces indicateurs peut être complétée, par des pauses méthodologiques, au cours de la réalisation de la tâche.

INFéRENCE: Prodution d'information nouvelle à partir d'informations existantes.

Les informations existantes sont:

      - soit les données d'une situation (tâche, problème, événement, fait);

      - soit les connaissances stockées en mémoire.

Selon Richard, il existe deux types d'inférences: " Les unes ont pour finalité la compréhension: elles contribuent aux représentations. Les autres ont une finalité pragmatique: elles produisent des objectifs d'actions, des plans ou des suites d'actions."

L'activité inférentielle ou raisonnement est une composante majeure du traitement de l'information. Pour Bruner, la perception est une activité inférentielle et catégorielle.

IMAGE DU TEXTE: Le texte est une image, comme on peut s’en rendre compte en examinant le comportement des enfants qui ne savent pas encore lire et feuillettent un livre illustré où le texte leur apparaît comme une image parmi d’autres, une image à déchiffrer à la lueur du contexte iconique.

Dans les cours de langues étrangères, on s’appuie de plus en plus sur « l’image du texte » pour approcher le sens d’un document et le faire appréhender par les apprenants. Le sens est d’emblée donné (en partie du moins) par la typologie, l’illustration, la mise en page et les indices périphériques (titre, sous-titres, chapeau, références de différentes natures…) ; ces aspects sont prépondérants dans certains textes conseillés en début d’apprentissage, tels que les tracts, les prospectus, les annonces publicitaires ou les textes de presse illustrés. Cette lecture, qui part de repères iconiques pour orienter ensuite les stratégies de découverte du sens, vise à donner à l’élève des habitudes de lecture sélective en langue étrangère.

ITEM : synonyme de « question ».

J     (Haut de la page)

JEU: Toute activité physique ou mentale spontanée, trouvant sa satisfaction et son but en elle-même. Jouer, c’est vivre pour le plaisir de vivre.

Le français utilise un seul mot - « jeu » - pour l’état d’esprit ludique (en anglais play) et les divers jeux (en anglais, games), supports de l’envie de jouer. Cette ambiguïté est la source de graves confusions dans la théorie comme dans la pratique. Tout, en effet, peut mener au jeu, mais aucune activité (jeux reconnus), aucun objet privilégié (jouets) n’assure automatiquement le jeu. Jeux et jouets sont ce à quoi ou ce avec quoi l’on joue ; une fois passée l’envie de jouer, jeux et jouets ne sont plus que les fossiles du jeu (Henriot, 1996).

Cependant, l’animal comme l’enfant (ou l’adulte) ont souvent des jeux et jouets favoris sinon exclusifs ; ce qui était appétence ouverte devient alors « appétence orientée », le jeu se mue en habitude et, au bout d’un certain temps, ces jeux et jouets cessent de faire jouer.

Chez l’homme, animal de culture, jeux et jouets, socialement reconnus comme tels, ont pris une place démesurée ; et, particulièrement dans la culture de consommation actuelle, les industries du loisir, des jeux et des jouets (y compris les jouets d’adultes) constituent le secteur le plus important de l’économie. Jeux et jouets proposés par le commerce et la mode finissent par étouffer la tendance biologique à jouer.

Cependant, s’il n’existe pas de supports privilégiés du jeu, il y a par contre des styles innés du « jouer ». Les éthologues reconnaissent à un certain nombre d’indices qu’un animal ou un enfant joue : exagération des gestes, accélération ou ralentissement des mouvements, inversions des rôles, etc. Enfants et animaux ne s’y trompent pas non plus ; et c’est ce qui permet le jeu entre partenaires de cultures ou d’âges différents ainsi que le jeu interspécifique (Bateson). Pour inciter à jouer, un « bon » jeu devra donc respecter les règles naturelles du jouer : ritualisation des gestes et des paroles, alternance des attentes et des surprises, etc. Mais plus importante encore est l’atmosphère affective où se déroule le jeu. Le jeu est une « oasis » de bonheur dans la chaîne des contingences ; la préoccupation tue le jeu, lequel exige un climat - externe et interne - de relaxation et de liberté. Les meilleurs jeux seront donc des jeux ouverts, qui ne prétendent pas tout régler et tout prévoir, mais font la part à l’initiative et à l’imagination des joueurs.

Jeu et apprentissage

Le jeu, bien que désintéressé, n’est pas inutile. L’éthologie a montré que le jeu était à la base de tous les processus d’apprentissage qui dépassent la simple mémorisation.

La première expérience décisive fut réalisée en 1929 par Blodgett qui eut l’idée d’observer dans un labyrinthe où il n’y avait pas de nourriture des rats déjà repus ; il put constater que, bien qu’ils ne fussent pas poussés par la faim, ces animaux entreprenaient d’explorer le labyrinthe, apparemment par pure curiosité, par jeu. Cela confirme l’existence de l’activité gratuite. Dans une seconde phase, Blodgett fait jeûner ses rats et les replace dans le même labyrinthe où, cette fois, est caché un appât ; et l’on s’aperçoit que les rats qui ont déjà exploré le labyrinthe par jeu parviennent plus rapidement à la nourriture que ne le font d’autres rats qui n’ont pas eu précédemment l’occasion de flâner dans le labyrinthe. On en conclut que, dans leur jeu d’exploration, les rats ont acquis une connaissance de la structure spatiale du labyrinthe, apprentissage latent qui leur sert ultérieurement dans la pratique.

Il est raisonnable de penser que la curiosité du rat dans un environnement inconnu, celle de l’élève qui feuillette le dictionnaire ou celle du savant devant l’univers, correspondent à un même type de comportement que les éthologistes appellent, à peu près indifféremment, comportement exploratoire ou comportement ludique.

Le jeu n’apporte pas de connaissances ; il entraîne à chercher des informations et des problèmes nouveaux. C’est dans l’insouciance du jeu que l’on peut apercevoir de nouvelles structures (insight) et faire des synthèses. C’est par jeu que l’on imite l’autre et que, par mimétisme, l’on apprend le langage, les rôles sociaux, les gestes techniques. Moteur de l’apprentissage individuel, le jeu commande aussi le progrès socio-culturel (Huizinga).

Enfin, la recherche contemporaine semble suggérer que le jeu, comme le rêve, pourrait avoir eu un rôle dans le développement tant phylogénétique qu’épigénétique du système nerveux central des mammifères supérieurs (carnivores, primates, homme). En effet, de même que le rêve (qui est le jeu du sommeil), le jeu (qui est le rêve de la veille) conduit les jeunes à aller au bout de leurs forces et, notamment, aux limites de leurs possibilités cérébrales (Bourguignon, 1994).

Le jeu et l’école

De Platon à Carl Rogers en passant par saint Augustin, Montaigne, Erasme et Rousseau, nombreux sont ceux qui ont vu dans le jeu l’instrument naturel de l’éducation. Or, paradoxalement, l’école a traditionnellement condamné ou ignoré le jeu (Alain).

C’est autour de 1900, que les pédagogues de l’Éducation nouvelle cherchent à introduire systématiquement le jeu à l’école : Dewey à New York (1896), Decroly en Belgique (1901), Montessori en Italie (1907), Audemars Lafendel et Piaget à Genève (1911). Dans les années 60, la mode du ludique (phénomène « hippy », Mai 68), la non-directivité (Lobrot), l’introduction du micro-ordinateur, relancent ce mouvement.

Le bilan, néanmoins, est quelque peut décevant : c’est seulement dans le préscolaire (c’est-à-dire là où la demande de jeu est irrésistible et la pression des examens nulle) que l’éducation par le jeu a pu se généraliser ; aux autres niveaux d’enseignement, les « jeux éducatifs » (jeux informatisés, jeux de simulation, etc.) proposés aux élèves n’ont souvent de jeu que l’habillage et le plaisir n’est pas toujours au rendez-vous.

La classe ludique où l’on apprend en jouant (sans qu’il y ait obligatoirement des jeux et des machines à jouer) est le résultat d’une heureuse rencontre entre un enseignant ludique et ses élèves ; mais sauf exception (par exemple, Neill à Summerhill), cette rencontre est passagère.

Il n’y a pas antinomie entre jeu et étude, mais entre le jeu (tout liberté, spontanéité, insouciance) et l’institution scolaire fondée sur la discipline, la contrainte des programmes et des horaires, l’inquiétude des notes et des examens. Il serait donc absurde de chercher à imposer officiellement le jeu dans l’école traditionnelle. Le problème est moins de faire jouer que de ne pas gêner le libre jeu.

Le jeu dans les formations d’adultes

L’accélération du changement technologique, social et culturel oblige l’homme contemporain - tant dans le tiers monde que dans les pays dits avancés - à un constant effort d’adaptation, d’où un développement constant des formations d’adultes. Le jeu, instrument privilégié d’innovation, avait une place toute trouvée à ce niveau où les contraintes (de discipline, de programmes, d’examens) sont moins fortes que dans le scolaire. C’est donc dans ce domaine que les techniques ludiques (Mauriras-Bousquet) se sont le plus développées.

Particulièrement en faveur sont, actuellement, les jeux de simulation. Toute représentation du réel est une simulation ; cependant, le mot est habituellement réservé aux exercices utilisant des modèles (par exemple, modèles réduits, agrandis ou simplifiés). Le modèle peut être simplement un ensemble de règles comme dans les jeux de société et les sports.

Un exercice de simulation offre d’autant plus de chances de jeu qu’il donne davantage de liberté aux joueurs ; de là l’intérêt que présentent les jeux de rôles ouverts où les décisions sont laissées à l’initiative des joueurs qui construisent eux-mêmes, pas à pas, leur jeu. Chaque joueur doit se mettre dans la peau du personnage qu’il est censé représenter. Le jeu de rôles ouvert est ainsi une combinaison de jeu, de simulation et d’empathie.

Les jeux de simulation permettent l’observation (modèles de molécules), le maniement (simulateur de vol), la compréhension d’un phénomène complexe (marées, évolution du marché), la prévention des réactions du public face à un changement (jeux de faisabilité). Ils peuvent être utilisés dans les domaines de formation les plus divers : défense, économie, industrie, médecine, politique, gestion, aménagement du territoire, thérapie.

Les jeux de rôles se révèlent des instruments extrêmement précieux pour l’animation des groupes : sensibilisation à un nouveau problème, inventique, réflexion en commun, prise de décision, éveil à la responsabilité et à l’initiative. Comme le dit un auteur américain (R.-D. Duke), le jeu de simulation pourrait bien être le « langage du futur ». Martine Mauriras-Bousquet

K

L

M     (Haut de la page)

Métacognition: activité par laquelle le sujet s'interroge sur ses stratégies d'apprentissage et met en rapport les moyens utilisés avec les résultats obtenus; il peut ainsi stabiliser des procédures dans des processus.

 

N

Notion-noyau: élément-clé ou concept organisateur dans un ensemble de contenus disciplinaire. Les notions-noyaux - comme la respiration, la colonisation, la description...- permettent de réorganiser les programmes autour de points forts et de construire des situations didactiques pour permettre leur acquisition. Elles sont toujours appréhendées à un registre donné de formulation.

O     (Haut de la page)

OBJECTIF OPERATIONNEL : Il vient de la démultiplication d’un objectif général en objectifs spécifiques. Ces derniers sont opérationnalisés  pour être travaillés puis évalués. La formulation de l’objectif opérationnel respecte les principes suivants : univocité, comportement observable, conditions de passation, critères (« règle des 3C »).

Objectif-obstacle: objectif dont l'acquisition permet au sujet de franchir un palier décisif de progression en modifiant son système de représentation et en le faisant accéder à un registre supérieur de formulation.

Objectif-obstacle: Introduit par Martinand, le concept d’objectif-obstacle est construit sur l’articulation volontaire de deux termes antagonistes. C’est un concept dialectique qui cherche à renouveler aussi bien la notion classique d’objectif, en dépassant son origine behavioriste et en y réinsérant les opérations mentales du sujet, que celle d’obstacle, considérée d’une manière plus dynamique.

Si, comme il est admis depuis Bachelard et Canguilhem, on prend au sérieux le fait que la pensée progresse par rupture avec des conceptions antérieures, alors les progrès intellectuels obtenus à l’occasion d’un franchissement d’obstacle deviennent des objectifs majeurs. Plus importants, sans doute, que ceux définis a priori par les taxonomies, indépendamment des transformations cognitives de l’élève . Un tel point de vue renouvelle, au plan didactique , la conception habituelle des obstacles. Au lieu de se focaliser sur leur face négative, il permet - sans mésestimer leur résistance - d’examiner les conditions d’un franchissement possible. La métaphore sportive peut ici éclairer : si l’athlète qui saute envisage la barre à franchir comme un obstacle en travers de son chemin, on peut parier sur son échec annoncé, tous les entraîneurs le savent ! Pour réussir, il est indispensable d’envisager tout autrement l’obstacle afin de le traduire en projet didactique, d’en faire l’enjeu conceptuel de l’apprentissage en cours .

On sait qu’une des limitations essentielles de l’usage des taxonomies est l’inflation du nombre d’objectifs à laquelle elles ont conduit. Un recentrage sur ceux, moins nombreux, qui sont reliés au franchissement d’un obstacle permet d’en retrouver le sens. L’idée d’objectif-obstacle fonctionne ainsi comme un mode de sélection, parmi les objectifs possibles, de ceux qui s’avèrent pédagogiquement « intéressants » (Martinand, 1986). En recherchant la dominante taxonomique dans le progrès accompli (attitudes, méthodes , connaissances, langages, savoir-faire, etc.), il est possible de traduire le franchissement de l’obstacle dans le langage classique des objectifs.

Ce caractère franchissable - ou non - suppose une appréciation de l’amplitude du « saut conceptuel » qu’exige la tâche : ni trop facile (il n’y aurait pas d’obstacle), ni trop difficile (les élèves seraient hors d’état de le franchir). Le défi intellectuel déstabilisant doit pouvoir s’appuyer sur des compétences déjà acquises, sur lesquelles l’élève fera levier. À travers cette évaluation du possible, se retrouve la problématique de Vygotski concernant la zone proximale du développement : le travail didactique consiste à devancer, sans forcer à l’excès, la maturation des structures conceptuelles des élèves.

Trois usages didactiques des objectifs-obstacles apparaissent possibles. Ils fonctionnent d’abord comme une modalité de choix pour l’objectif d’une séquence. Ce premier usage consiste à construire rationnellement des situations didactiques autour du franchissement d’un obstacle préalablement ciblé (Meirieu, 1988). Cela permet de diversifier la manière dont les séquences d’enseignement sont « commandées ». On sait que leur commande habituelle par la notion enseignée conduit à une « mise en texte » linéarisée du savoir, qui se révèle compatible avec le maintien d’obstacles n’ayant du savoir, qui se révèle compatible avec le maintien d’obstacles n’ayant pas été travaillés, mais seulement ignorés ou contournés (Astolfi, 1991). Il est possible, dans une optique de différenciation , d’envisager d’autres types de séquences, commandées cette fois par le franchissement d’un obstacle dont on a noté le caractère récurrent. Les situations- problèmes appartiennent à cette catégorie.

Une autre modalité didactique transparaît davantage du texte de Martinand. Les séquences n’y sont pas ainsi « calibrées » autour d’un obstacle prédéterminé, mais elles obéissent au contraire à la logique plus souple d’une démarche d’investigation autonome, dans le cadre d’un curriculum ouvert. Le petit nombre d’objectifs-obstacles sert alors de repère pour l’enseignant : ils l’aident à mieux « lire » les difficultés des élèves aux prises avec l’activité, à préciser le diagnostic, à orienter la nature de ses interventions, à évaluer les acquis, etc. Si les objectifs-obstacles ne servent pas ici à construire des situations didactiques, ils permettent par contre de réguler les interventions magistrales.

La gestion didactique des obstacles peut encore s’aviser sur un troisième mode, encore prospectif. Elle permet de réagir à une certaine dérive des pédagogies actives, défendant le caractère spiralaire des apprentissages et leur inscription dans le long terme. Le problème est que cette idée, juste, peut se traduire par un manque d’ambition pour la classe , et qu’on ne sait pas toujours exactement quel progrès intellectuel est visé à chacun des « tours de spire ». Il arrive que cela couvre un évitement du moment décisif de l’apprentissage, renvoyé à plus tard ou ailleurs, sans grande précision. C’est ainsi que s’émousse l’intérêt des élèves pour des sujets déflorés sans bénéfice réel. Dans cette perspective, les objectifs-obstacles sont un référent de la construction curriculaire, permettant d’identifier et de caractériser ce qui se construit vraiment de neuf, à chaque reprise didactique d’un concept.  Jean-Pierre Astolfi.

OUTILS PEDAGOGIQUES: Si parler d’outils revient à dénommer les objets qui servent à faire un travail (notamment au plan ouvrier ou artisanal), on ne peut oublier qu’en instruction et en éducation de tels objets existent et sont utilisés comme « ressources » à la disposition des enseignants.

Un concept qui couvre un large éventail

Au niveau le plus humble ou le plus immédiat, apparaissent, en effet, la craie et les tableaux, les manuels et les plumes ou les encres, les baguettes et les cartes. À un niveau plus élaboré, avant de décrire les conduites de « personnes-ressources », Carl Rogers (1983) entendait citer les « habituelles ressources académiques - livres, articles, espaces de travail, laboratoires et leurs équipements, instruments, cartes, films enregistrements et autres ».

En plus développés ou plus métaphoriques, on a vu se diffuser des outils d’observation et d’évaluation ou de travail en groupe (Philippe Meirieu, 1987), des tests (depuis celui de Binet et Simon sur l’intelligence), ainsi que des supports didactiques appropriés et des schémas de « situation-problème » ou des jeux de fiches multiples. Il faut naturellement évoquer les moyens audiovisuels et informatiques multiples, outre les plans d’enseignement programmé.

Des chercheurs américains ont aussi présenté comme outils (tools), pour leurs travaux sur l’enseignement dans les classes , les critères d’analyse des interactions de Flanders, les listes des catégories d’objectifs élaborées par Bloom, et les « échelles » de Carkhuff permettant de repérer les niveaux d’échange interpersonnels (D. Aspy et F. Roebuck, 1977).

Des instruments les plus concrets (les plus « manuels ») aux objets les plus abstraits, on peut s’interroger sur l’extension des notions d’outil et d’outillage en éducation et instruction : selon quelles considérations ? Évoquent-elles un contexte résolument artisanal ou peuvent-elles accéder à des opérations de nature plus largement intellectuelle ? On peut pressentir que l’extension accordée à ces concepts dépend de la culture de chaque pays.

La place des outils selon les cultures nationales

Dans l’ambiance anglo-saxonne, d’orientation habituellement pragmatique, les démarches concrètes et pratiques sont facilement reconnues. La philosophie de John Dewey, qui a largement inspiré les conceptions américaines en éducation, a été reconnue comme « instrumentaliste ». On sait également la force des conceptions behavioristes et de celles apportées par Skinner. Ces influences importantes ont encouragé, par la suite (sans renoncer à des aspects personnalistes), à mettre en valeur la médiation des moyens concrets, regardés comme outils outre-Atlantique.

En revanche, selon l’esprit latin, les activités d’instruction et d’éducation ont pu marquer quelque distance (ou dédain) à l’égard des « supports » ou des « aides » pratiques sur lesquels elles pouvaient prendre appui : en raison de l’importance accordée (en représentation « libérale » ou « intellectualiste » des métiers d’enseignant) à la subjectivité (plus ou moins solitaire) et à la suprématie de l’abstraction. On a donc trop souvent récusé l’offre de « recettes » en enseignement. Toutefois, les méthodes « actives » ou « nouvelles » (notamment constructivistes) ont toujours proposé des outils et des instruments multiples pour affirmer leurs spécificités : que ce soient celles inspirées par Maria Montessori, par Ovide Decroly ou par Célestin Freinet et le Groupe français d’éducation nouvelle ainsi que par divers autres mouvements associatifs ou par de grands éditeurs scolaires.

On peut noter, notamment en France, une demande accrue d’outillage pédagogique, en raison du développement des activités de formation initiale et continue, devenues davantage professionnalisantes, mais aussi avec l’émergence d’une « ingénierie » d’enseignement et de formation. Celle-ci redonne à l’utilisation d’outils un statut valorisé, en assurant une médiation avisée entre des savoirs et des instruments, des éléments théoriques et des modalités pratiques : elle renoue, de cette façon, avec le mouvement encyclopédique, dont le souvenir est cher aux esprits français, « par lequel les classes dirigeantes ont à nouveau porté leurs regards vers la technique, redécouvert la proximité de l’artisan, de l’artiste et de l’ingénieur, publié le savoir-faire de l’époque jusque dans ses détails les plus fins », comme le remarque Thierry Gaudin. L’homo sapiens ne saurait rejeter ou récuser l’homo faber !

Diversifier la gamme de l’outillage pédagogique

Si le rapport à des moyens concrets peut aider à exprimer correctement les intentions véritables et l’efficacité d’une relation d’enseignement, leurs gammes trop restreintes réduiraient leur étendue et leur qualité d’application ou d’adaptation aux personnalités en interaction, élèves et maîtres. Comme en tout domaine professionnel, les « outils » en méthodologie de la transmission des savoirs et des savoir-faire doivent être diversifiés.
L’outillage en pédagogie ou en formation doit donc être modulé selon une série de gammes qui peuvent réunir, en forme de recueils de processus et d’instruments ou de matériels :
-des supports d’une observation des dispositifs d’apprentissage , individuels et collectifs ;
-des référentiels d’objectifs cognitifs, affectifs ou professionnels validés ;
-des fiches techniques détaillées de progressions didactiques et d’exercices multiples ;
-des éventaires de situations-problèmes et de conseils méthodologiques variés ;
-des claviers de modalités multiples des travaux d’équipes et de classes ;
-des procédures de documentation et d’études documentaires ;
-des formes diversifiées d’enseignement magistral ou d’apports théoriques ;
-des batteries de tests et d’instruments multiples d’évaluation « formative » et « sommative » ou « critériée » ;
-des recueils de techniques et démarches plurielles pour l’écoute, le soutien et le conseil méthodologique des élèves ou des étudiants ;
-un éventail de techniques variées d’organisation d’une classe ou d’un groupe en équipes ou sous-groupes ;
-des modalités diverses de regroupement des activités de sous-groupes ou d’équipes ;
-des procédures appropriées d’accueil et de présentation des membres d’une classe ou d’un groupe ;
-des répertoires d’innovations pédagogiques et d’exercices de créativité ;
-des listes détaillées de rôles, didactiques et relationnels, à confier à des élèves, étudiants ou adultes ;
-des gammes de points d’appui pratiques et de métaphores disponibles pour des enseignements ;
-des outils facilitant l’exploration des attitudes et des tendances personnelles en éducation et instruction ;
-des méthodologies favorisant l’élaboration et l’évaluation d’un projet , individuel ou collectif, disciplinaire ou interdisciplinaire ;
-des bibliographies, des références, des extraits significatifs, des schémas ;
-des ensembles de moyens audiovisuels et informatiques, multimédias ;
-des variétés de techniques permettant d’explorer les représentations ou les fantasmes à l’égard des savoirs, des formations ou des institutions.

Il va de soi que la large recension que nous proposons appelle deux remarques : d’une part, elle ne peut être assurée que par un développement progressif de l’instrumentation pédagogique et de l’ingénierie, réalisé en coopération par des praticiens et des chercheurs (sortant de leurs isolements) ; d’autre part, ses contenus doivent être proposés en formation initiale et continue aux enseignants et formateurs, au long de leurs carrières, selon des choix volontaires. La variété réalisée doit aussi permettre une meilleure personnalisation des pratiques et des formations. André de Peretti

OBSTACLE PEDAGOGIQUE
Gaston BACHELARD, la formation de l'esprit scientifique, contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, éd. Vrin, 1938, 8ème éd. 1972, p. 14-18

Dans l'éducation, la notion d'obstacle pédagogique est également méconnue. J'ai souvent été frappé du fait que les professeurs de sciences, plus encore que les autres si c'est possible, ne comprennent pas qu'on ne comprenne pas. Peu nombreux sont ceux qui ont creusé la psychologie de l'erreur, de l'ignorance et de l'irréflexion (...) Ils n'ont pas réfléchi au fait que l'adolescent arrive dans la classe de physique avec des connaissances empiriques déjà constituées. Quand il se présente à la culture scientifique, l'esprit n'est pas jeune, il est même très vieux car il a l'âge de ses préjugés. (...) Au gré de l'épistémologue, un obstacle, c'est une contre-pensée.

MODIFIER LES REPRESENTATIONS

Devant les difficultés à modifier les représentations erronées ou inadéquates, les didacticiens proposent de construire des situations d'apprentissage autour d'"objectifs-obstacles" et de "situations-problèmes". Ces situations doivent permettre de construire un espace de réflexion autour d'un problème à résoudre et permettre à l'élève d'enrichir ses connaissances de nouvelles représentations en éliminant celles qui faisaient obstacle. Plusieurs conditions sont nécessaires à la réussite d'une telle démarche:

le problème doit demeurer ni trop près, ni trop loin de ce que l'élève sait déjà (ce que L.S. VYGOTSKI appelait la "zone proximale de développement")

La situation-problème doit permettre à l'élève de prendre conscience de l'insuffisance de son savoir antérieur par la situation elle-même et non par l'enseignant

Lorsque l'élève a pris conscience de l'inadéquation de ses représentations ou de ses stratégies anciennes, une aide (par un groupe de pairs, par l'enseignant, par des documents) sera nécessaire. Toute la difficulté sera de l'aider sans faire le travail à sa place: dans cette optique, le formateur devient médiateur, guide ou tuteur.  in Apprendre, revue Sciences Humaines, n°98, oct. 1999, p. 32

P

La pédagogie différenciée: La pédagogie différenciée "permet de tenir compte du déficit de certains élèves en particulier des difficultés récupérables rapidement dans le niveau scolaire, spécialement en ce qui concerne les matières de base. Les actions de soutien sont organisées en vue du rattrapage scolaire de ces matières. La pédagogie différenciée constitue une approche de l'enseignement individualisé (p.789). [...] Cette approche s'oppose à l'enseignement simultané et collectif qui dispense l'instruction à un même groupe d'enfants d'après des programmes constitués a priori [...]. Elle est facilitée par l'utilisation de matériel scolaire adéquat" (p.566), (par exemple, des fiches de travail élaborées en fonction des besoins d'apprentissage des enfants). Cette approche "tient compte des différences individuelles de chaque élève dans le domaine psychologique, le niveau scolaire, les aptitudes... sans qu'il s'agisse pour autant d'un enseignement strictement individuel (p.673).  Définition extraite de "Vocabulaire de psychopédagogie et de psychiatrie de l'enfant", Éditions Robert Lafon, Presses universitaires de France, 5e édition, 1987.

 

PEDAGOGIE PAR OBJECTIFS : née aux Etats-Unis à la fin du siècle dernier, et connue en Europe dès les années 50, a pour cadre de pensée la psychologie expérimentale et le béhaviorisme d’une part, et d’autre part, le management et le taylorisme (rationaliser et améliorer la production pour augmenter les salaires et donc réduire la tension sociale).

Appliquée à l’éducation par RICE (vers 1914) , elle introduit la mesure par les tests et l’observation des élèves.

La PPO est le précurseur de l’approche systémique où la formulation d’objectifs permet l’optimisation de l’apprentissage, dans tous les domaines. On peut la définir comme l’action de décomposer un objet d’apprentissage complexe en ses éléments simples et essentiels afin d’en faciliter l’enseignement et l’apprentissage.

 

PERFORMANCE: Activité observable, accomplie par l’élève, et que l’on peut mesurer ou apprécier.

PRE-REQUIS : Ensemble organisé et hiérarchisé des connaissances et compétences que l’élève doit maîtriser avant d’être admis dans n niveau supérieur.

Projet : dans le registre didactique, ce terme désigne d'abord l'attitude du sujet-apprenant par laquelle il se trouve en situation active de recueil et d'intégration d'information; les informations ainsi intégrées et mentalisées peuvent être considérées comme des connaissances. Par extension, ce terme peut désigner la tâche qui finalise les activités de recueil d'informations du sujet.

PRONOSTIC : Une des fonction de l’évaluation qui sert : 1) à évaluer les pré-requis, 2) à examiner si l’élève possède les aptitudes nécessaires pour mener à bien les études dans lesquelles il souhaite s’engager.

Q

R    (Haut de la page)

REMEDIATION: mot qui a la même racine que remède, et qui, dans le domaine des sciences de l'action, est synonyme d'action corrective ou mieux, de régulation.

En pédagogie, la remédiation est un dispositif plus ou moins formel qui consiste à fournir à l'apprenant de nouvelles activités d'apprentissage pour lui permettre de combler les lacunes diagnostiquées lors d'une évaluation formative. On a recours pour cela à différentes propositions pédagogiques, qui pour être efficaces, doivent être sensiblement différentes des méthodes utilisées lors de la phase d'enseignement: aides audiovisuelles, informatiques, petits groupes de travail, enseignement individualisé, enseignement mutuel, nouveaux cahiers d'exercices, nouveaux documents à étudier, situations différenciées...

Dans la pédagogie de la maîtrise préconisée par Bloom, les situations de remédiation sont des moments importants de la formation, car elles permettent de replacer tous les apprenants au même niveau avant de poursuivre de nouveaux apprentissages. La remédiation est la troisième étapes (et certainement la plus importante) du dispositif de "maîtrise":

1.Enseignement.

2.Test formatif.

3.Remédiation/correction.

Selon la terminologie employée par Allal, les activités de remédiation correspondent principalement au processus de régulation rétroactive." Le "noyau" essentiel de la démarche classique de la pédagogie de la maîtrise réside, toutefois, dans les étapes 2 et 3 du déroulement de chaque unité, c'est-à-dire dans le feed-back fourni par le test formatif et dans les activités de remédiation qui en découlent. Pour Bloom, l'expression "feed-back/remédiation" est en fait synonyme de "pédagogie de maîtrise". Il est important de souligner que les étapes de feed-back et de remédiation sont généralement conçues comme des adjonctions à un processus d'enseignement qui se déroule avec les moyens conventionnels déjà en vigueur dans le système scolaire et déjà utilisés par l'enseignant.

La mise en place d'un tel dispositif (en pédagogie de la maîtrise ou autre) implique que ces temps forts de la formation soient prévus dès la conception du plan de formation. (ou la répartition annuelle de la classe).

Représentation: dans le domaine de l'apprentissage, désigne la conception que le sujet a, à un moment donné, d'un objet ou d'un phénomène. Si l'on retient l'hypothèse piagitienne qui fait de l'accès à l'abstraction le vecteur central de la construction de l'intelligence, on peut considérer que l'apprentissage consiste à passer d'une représentation de type métaphorique à une représentation de plus en plus conceptualisée. Par ailleurs, les représentations qu'un sujet se fait, à un moment donné, de plusieurs types de "réalités", appartenant même à des disciplines différentes sont vraisemblablement articulées autour de principes explicatifs communs ou paradigmes.

S   (Haut de la page)

SAVOIRS : Ensemble des connaissances et compétences (linguistiques et autres) acquises par l’élève, grâce à l’apprentissage et l’expérience.

SOMMATIVE (évaluation): par opposition à l’évaluation formative. L’évaluation sommative, après avoir fait l’inventaire des connaissances acquises, compare les performances des individus d’un groupe, et les classe en fonction de leurs résultats. Elle n’est pas pour autant antinomique d’une évaluation formative, en troisième étape.

Situation d'apprentissage: situation (ensemble de dispositifs) dans laquelle un sujet s'approprie de l'information à partir du projet qu'il conçoit. Il s'appuie, pour ce faire, sur des capacités et des compétences déjà maîtrisées qui lui permettent d'en acquérir de nouvelles. Les situations d'apprentissages peuvent ainsi apparaître en dehors de toute structure scolaire et de toute programmation didactique.

Situation-problème: situation didactique dans laquelle il est proposé au sujet une tâche qu'il ne peut mener à bien sans effectuer un apprentissage précis. Cette apprentissage qui constitue le véritable objectif de la situation-problème, s'effectue en levant l'obstacle à la réalisation de la tâche. Ainsi la production impose l'acquisition, l'une et l'autre devant faire l'objet d'évaluation d'un distinct. Comme toute situation didactique, la situation-problème doit être construite en s'appuyant sur une triple évaluation diagnostique (des motivations, des compétences et des capacités).

T     (Haut de la page)

TRANSPOSITION DIDACTIQUE: Emprunté au sociologue Michel Verret (1975), le concept de transposition didactique a été introduit en didactique avec un large succès (Chevallard, 1982, 1985). Il apparaît de plus en plus clairement que ce qui s’enseigne n’est pas le décalque simplifié d’un savoir savant, mais résulte d’une reconstruction spécifique pour l’École. C’est cette reconstruction, avec ses étapes et ses processus, qu’on nomme transposition didactique. Elle rejoint ce qu’avait déjà pointé Halbwachs, dans un article classique pertinemment titré : « La physique du maître, entre la physique du physicien et la physique de l’élève » (1975). Ce précurseur savait que le métier de professeur de physique n’est pas réductible à la pratique d’un physicien qui enseignerait !

On distingue deux étapes de la transposition didactique, celle qui fait passer d’un savoir savant à un savoir à enseigner, puis celle qui conduit au savoir enseigné réellement dans les classes . Alors que la seconde s’effectue largement sous la responsabilité du maître, la première est sous le contrôle de ce que Chevallard nomme la noosphère, ensemble hétérogène de ceux qui pensent les contenus d’enseignement, où prennent place aussi bien des universitaires intéressés par les problèmes pédagogiques, que des auteurs de manuels , des inspecteurs, des associations de spécialistes, des enseignants innovateurs, et aujourd’hui… les didacticiens.

Chevallard et Johsua ont particulièrement étudié le trajet théorique qu’effectue le concept mathématique de distance, du chercheur à la classe. Frechet l’introduit dans sa thèse, en 1906, au sujet de la résolution d’équations dont les inconnues sont des fonctions (le concept est ici un outil qui permet de traduire par un nombre la distance entre deux fonctions, deux objets, deux surfaces). Mais quand il est intégré au programme de mathématiques de quatrième, en 1971, c’est à propos de la géométrie de la droite, domaine pour lequel le concept sophistiqué de distance n’est précisément pas utile dans le savoir savant. On mesure la rupture épistémologique qui sépare les contextes théoriques entre ces deux dates. Au vrai, est-ce encore du même concept qu’il s’agit ? La transposition didactique aboutit, en définitive, à un savoir scolaire qui se trouve dépersonnalisé, décontextualisé des conditions originelles de sa production et linéarisé pour faciliter le processus d’enseignement. Halté a récemment illustré, en didactique du français, un exemple comparable à propos des usages scolaires du schéma de Jakobson (Halté, 1992).

La modification périodique des contenus répond à des besoins de renouvellement, qui trouvent leur origine dans les demande de la communauté scientifique (moderniser l’enseignement en le rapprochant du savoir savant) comme dans les nécessités sociales légitimer l’enseignement en l’éloignant du savoir partagé par les familles ) Mais l’introduction du nouveau ne conduit jamais à une tabula rasa, une certaine articulation avec l’ancien s’opérant toujours de quelque manière, parfois après quelques années. Si de très nombreux objets neufs de savoir sont virtuellement candidats à être ainsi enseignés, certains se trouvent de facto sélectionnés (comme la notion de distance ou le schéma de Jakobson) parce qu’ils se prêtent, mieux que d’autres, à une large gamme d’activités et d’exercices. Bref, ils permettent de créer de l’«  enseignable ». Les propriétés spécifiques de la notion retenue interviennent surtout comme critères de sélection, dans le cadre du processus d’ensemble de rénovation du savoir enseigné.

La transposition ainsi décrite aboutit, plus souvent qu’on ne pense, à la création originale d’objets didactiques, n’ayant pas comme tels, d’équivalents dans le savoir savant. C’est ce que font bien apparaître les recherches sur l’histoire des disciplines scolaires. Chervel a montré, par exemple, que la grammaire scolaire, sous la forme où elle s’est constituée depuis le XIXe siècle, n’a jamais dérivé d’un corpus théorique stabilisé qui l’aurait précédée, et qu’elle s’est plutôt construite contre l’Université. Si elle a pu malgré tout s’imposer, c’est parce qu’elle remplit d’autres fonctions que la description objectivée du fonctionnement de la langue. Elle constitue d’abord une grammaire ad hoc, ayant permis l’atteinte d’un objectif socialement assigné à l’École : l’apprentissage des règles orthographiques, notamment celles du participe passé avec le verbe avoir ! (Chervel, 1977, 1988).

Cela nous conduit à élargir l’idée de transposition didactique et Develay parle volontiers de reconstruction programmatique. Il insiste sur le fait que cette reconstruction s’opère selon deux processus complémentaires : la didactisation conduisant, comme on l’a vu, à la création de nouveaux enseignables ; l’axiologisation insistant sur le fait que les contenus d’enseignement traduisent des finalités éducatives et sociales (Develay, 1992). Les savoirs savants ne constituent en définitive qu’une ressource, parmi d’autres possibles, pour l’élaboration des contenus. Martinand indique que de nombreuses pratiques sociales de référence sont également susceptibles de servir de guides en ce domaine (Martinand, 1986). Jean-Pierre Astolfi

 

Travail en groupe
Travailler en groupe (de deux ou quatre élèves) exige de la part de chaque élève non seulement d'être à même d'exposer son point de vue en l'argumentant mais aussi d'être à l'écoute de l'autre : c'est un contexte favorable au débat et par conséquent à l’apprentissage…
Un travail en groupe de quatre élèves suppose une répartition des tâches entre les élèves et une distribution des rôles (par exemple, un secrétaire, un responsable du matériel, un communicateur ou rapporteur du groupe, un responsable des actions ou discussions que le groupe mène, etc...). Cette répartition responsabilise chaque élève à l'intérieur du groupe. Il est préférable que les rôles tournent à l'intérieur d'un groupe.
Un travail en groupe n'implique pas les élèves de la même façon qu'un travail individuel. Ceci étant, ce type d'organisation et de travail n'est pas immédiat. Il est rare que tout se passe bien au début, mais en usant de persévérance et de patience, on finit par obtenir des résultats satisfaisants.

 

TYPES DE TEXTES: façon de catégoriser les textes écrits ou oraux d'après l'action qu'ils sont censés exercer sur le récepteur (argumentatif, narratif, descriptif, prescriptif...). Un principe fondamental: un même texte peut être à la fois argumentatif, explicatif, narratif.

L'un n'exclut pas l'autre. Ils peuvent cohabiter avec une dominante, en fonction de l'intention. On parlera alors volontiers de "discours" à l'intérieur d'un texte.

U    (Haut de la page)

V

W

X

Y

Z

 
 

 

Bibliographie :

* Dictionnaire de didactique des langues.                  

  Dirigé par R.GALISSON/ D.COSTE . Ed. Hachette. Paris 1976.

* L’évaluation.

  Christine TAGLIANTE.  Ed. CLE international. Paris 1991.

* Pédagogie: dictionnaire des concepts clés.

  Apprentissages, formation, psychologie cognitive.

  Françoise Raynal &Alain Rieunier. ESF éditeur. Paris  1997

* Apprendre... oui, mais comment

  Philippe Meirieu.ESF éditeur. Paris1987

Tout est signe. Calligraphie Messaoudy

Les figures clés du discours (Quelques procédés stylistiques. (Rhétorique)

Terminologie des Technologies de l'Information et de la Communication (TICE).

  DOCUMENTS DIDACTIQUES      SUPPORTS POUR LA CLASSE      LIENS       ACCUEIL

HAUT DE LA PAGE