Éducation et citoyenneté.
 
 
 
 
 
LA SCIENCE, ÉCOLE D'OBJECTIVITÉ
 
Préparer les enfants à la vie démocratique,
c'est leur donner le sens d'une participation au débat,
leur apprendre à former leur opinion
dans la confrontation avec le point de vue des autres.
Les enfants peuvent apprendre à distinguer
ce qui relève des contraintes du réel et ce qui relève de choix éthiques
 ou de préférences personnelles.
 
Le suffrage universel, la liberté de vote et la discipline civique ne suffisent pas au fonctionnement heureux d'une démocratie: il lui faut encore des hommes et des femmes capables de participer au débat sur le devenir de la société. Il ne s'agit pas de  distinguer  un « bien » absolu ni de se hisser vertueusement au niveau de l'« intérêt général », mais simplement de communiquer, d'échanger, de s'affronter s'il le faut, et de trouver parfois des consensus ou d'aboutir à des compromis. C'est seulement lorsque chacun a eu le sentiment d'avoir été écouté, entendu et pris en compte, à défaut d'avoir eu gain de cause, que l'on évite le recours à la violence. Ce mode d'existence en société peut s'apprendre dans l'enfance, et ce autrement que dans la soumission à l'autorité.
 
Une école de débat
La citoyenneté requiert un ensemble de compétences, un outillage intellectuel et langagier, faute desquels certains sont moins bien représentés et donc «moins égaux» que d'autres. Chacun a besoin de pénétrer le sens des débats, d'en approcher les enjeux, de distinguer les données de fait des alternatives possibles pour opérer des choix et en faire publiquement valoir le bien-fondé afin de gagner les autres à sa cause. Il est également nécessaire d'entendre les autres, de comprendre les raisons qu'ils avancent, de pouvoir refor­muler son propre choix pour y intégrer le point de vue de l'autre... Juger, raisonner, argumenter, écouter, discuter, avoir les moyens de convaincre, mais aussi savoir se remettre en cause et réviser ses opinions, ne pas tricher avec le réel, en accepter les contraintes, passer des compromis avec les hommes qu'on ne passerait pas avec le réel..., cet esprit d'objectivité et d'ouverture n'est pas si simple à acquérir et ne peut résulter que d'une éducation soutenue.
La démocratie se met en danger quand le débat est absent ou stérile, quand il fait fi des contraintes du réel ou quand il exclut une partie de la société, laquelle trouve alors dans la violence son seul moyen d'expression. De nos jours, trop de jeunes se placent eux-mêmes en marge du débat public, parce qu'ils se sentent mal armés pour discuter, et se referment sur un « chacun pense ce qu'il veut! » Pour s'ouvrir aux raisons d'autrui et accepter la réalité et ses impératifs, il faut au contraire se sentir fort du pouvoir de discuter, de comprendre et de convaincre. Cette force-là peut aussi s'acquérir à l'école.
 
Une école d'objectivité
La « méthode » de la discussion ne s'apprend pas, mais on peut découvrir comment mieux discuter en s'entraînant sur des enjeux réels, comme ceux offerts aux enfants par les sciences de la nature et de la matière : les objets sont là, au milieu du groupe, ils appellent notre coopération, nos interprétations, nos tentatives diverses mais coordonnées.
Les chercheurs scientifiques ne sont pas doués d'un sens inné de l'objectivité. Quand il s'agit de défendre leurs opinions, ils sont aussi subjectifs que tout autre individu! Mais ils acceptent la discipline du débat scientifique, et l'ouverture au débat critique des hypothèses garantit finalement l'objectivité du monde scientifique : l'argument d'autorité et la voix de la majorité s'effacent devant la preuve expérimentale. On peut certes imaginer en toute liberté, mais il faut réfuter avec rigueur.
En classe, on peut aménager un temps, quotidien ou hebdomadaire, pour régler les problèmes, les conflits entre les enfants ou entre les adultes et les enfants. On peut délibérer sur des décisions à prendre : le choix d'une sortie ou d'un abonnement, un projet commun... Les enfants apprennent ainsi à confronter leurs points de vue et à trouver des accords.
On peut aussi apprendre l'art de discuter sans se disputer en pratiquant les sciences, en apportant des arguments pour soutenir une hypothèse ou en réfuter une autre, en se met­tant d'accord sur une expérimentation, en coordonnant différentes manières de bricoler des appareils. La discussion bénéficie de l'absence d'émotions fortes, puisqu'ici, on n'a pas le coeur soulevé par les injustices. Les enfants appren­nent à communiquer avec précision, à expliquer leur pensée aux autres, à parler en fonction de l'écoute de l'autre, à tenir compte de ses critiques pour atteindre une position plus exacte. La parole trouve un complément idéal dans le dessin qui permet de communiquer avec ceux qui n'ont pas vu l'expérience. Les enfants comparent leurs dessins et contrôlent leur justesse, se mettent d'accord sur une représentation... Dans « la main à la pâte », le cahier d'expériences, que les enfants remplissent chaque jour et qui les accompagne durant tout le cycle primaire, occupe donc une place importante.
 
Une école de démocratie
L’argumentation est peu travaillée à l'école primaire. Le travail en français s'attache plus souvent au récit, par lequel on raconte une histoire, on décrit une situation on exprime un sentiment. Or l' enseignement des sciences donne à l'argumentation une place importante.
La capacité d'argumenter et d'écouter patiemment les arguments d'autrui, pour travailler de concert à l'élaboration d'une solution, se construit dans l'enseignement des sciences et dans l'éducation à la citoyenneté : mais elle est réglée d'une façon différente, qu'il importe de souligner. L'une est fondée en vérité, l'autre est fondée en justice.
La polyvalence du maître à l'école primaire est une chance lorsqu'on sait en tirer parti. Le maître peut construire des ponts entre l'enseignement des sciences et l'éducation civique, en montrant aux enfants ce que l'un et l'autre ont en commun : la résistance que la réalité oppose à nos désirs, la recherche commune qui s'en accommode, un certain pragmatisme et une exigence rationnelle. Dans les deux cas, la réflexion sur l'expérience, les échanges constructifs et le raisonnement conduisent à un accord.
Le maître peut aussi délimiter ce qui les sépare : une majorité d'opinions, voire une unanimité, n'ont jamais fait une vérité. La vérité scientifique reste la vérité, même si elle déçoit tout le monde; elle n'est pas de l'ordre du compromis. En revanche, la justice ne s'inscrit pas dans l'objectivité. Elle se fait avec notre concours et n'a jamais la netteté tranchée des vérités de fait. Les arbitrages politiques ne relèvent pas de l'autorité des rapports d'expertise. Bien sûr, le débat démocratique a besoin d'être éclairé par le savoir positif des sciences et les citoyens qui ont quelques connaissances des sciences sont généralement des citoyens plus avisés. Mais le débat démocratique ne repose pas sur la possession de la vérité, plutôt sur la décision : bien des errances de notre vie politique proviennent de la confusion entre ces deux registres. L'école est aussi un lieu où les enfants peuvent comprendre cette différence.
Les grands savants qui, pendant la Révolution française, ont imaginé un système d'enseignement démocratique, ont fait une place de choix aux sciences. Pouvons-nous retrouver un peu de leur inspiration en donnant à l'enseignement des sciences un rôle décisif dans la formation du citoyen?
In.La main à la pâte. Les sciences à l’école primaire. Présenté par Georges Charpak, (Prix Nobel de physique 1992). Ed. Flammarion1996
 
 
Adresse du site La main à la pâte: http://www.inrp.fr/lamap/

 
 

 
 

Eduquer à la citoyenneté et à la démocratie correspond  à une discipline d’enseignement spécifique, "l'éducation civique" mais concerne aussi toutes les disciplines.

 

L’éducation civique est une formation de l’homme et du citoyen .
* Trois finalités principales :

-Education aux droits de l’homme et à la citoyenneté 
-Education au sens des responsabilités individuelles et collectives
-Education au jugement

 

DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME

 
 

DECLARATION DES DROITS DE L'ENFANT

 
 

La constitution Algérienne

 
 

 
  Liens pour l'enseignement/apprentissage de la Citoyenneté et de la démocratie:  
 

La démocratie, ça s'apprend (L'apport de l'éducation à la citoyenneté): http://www.bbw.admin.ch/dc/html/main-f.html

 
 

http://www.ac-nancy-metz.fr/Citoyen/                     (Site très complet consacré à l'éducation à la citoyenneté)

 
 

http://www.unesco.org/general/fre/   (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture)

 
 

http://www.clubs-unesco.asso.fr/index.htm

 
 

http://www.un.org/french/             (Site de  l'ONU)

http://www.unhchr.ch/french/index_fr.htm                   http://www.unhchr.ch/Huricane/Huricane.nsf/Webhome/French

 
 

http://culture.coe.fr/postsummit/citoyennete/ (Sur son site l'Europe de la Coopération culturelle, le Conseil de l'Europe apporte des renseignements concernant son projet "Education à la Citoyenneté Démocratique".)

 
 

http://www.laligue.org/   (La ligue de l'enseignement est un réseau de 33.000 associations qui à pour principaux champs d'action et de réflexion : l'éducation et la citoyenneté.)

 

http://www.jaildroit.net/                  (Un site animé pour les plus jeunes)

 

http://www.ac-clermont.fr/pedago/initia98/initia.htm                                        (Initiatives citoyennes)

 

http://www.apmcj.com/                          (Association de prévention pour une meilleure citoyenneté des jeunes)

 

 
 

Eduquer au respect de l'environnement

 
 

 HAUT DE LA PAGE           PLAN DU SITE          ACCUEIL