Construire son Unité Didactique ou sa Séquence Pédagogique.

L’Unité Didactique constitue depuis 1975 le cadre méthodologique de l’enseignement du français dans le secondaire et depuis 1998 dans le troisième palier de l’École Fondamentale.

Proposée par l’Inspection Générale depuis 25 ans, l’Unité Didactique reste à l’heure actuelle le repère fondamental de toute modalité de construction de l’enseignement/apprentissage du français, langue étrangère en Algérie.

Au niveau pré-pédagogique, l’Unité Didactique offre l’avantage de proposer un cadre organisateur qui place les activités pédagogiques à l’intérieur d’ensembles structurés et cohérents.

L’unité didactique permet ainsi de rompre avec les démarches traditionnelles ponctuelles : la progression thématique, l’analyse littéraire des textes qui focalise essentiellement sur l’aspect thématique et occulte l’enseignement/apprentissage d’une langue dans sa dimension fonctionnelle.

Désormais, l’enseignant devrait adopter une autre manière d’enseigner, celle qui prend en charge certains paramètres souvent négligés :

1. La langue est faite pour communiquer.

2. On apprend une langue en situation.

3. La langue est un tout.

4. Au lycée, on ne forme pas des linguistes, mais des utilisateurs conscients d’un outil linguistique.

L’introduction du l’unité didactique a permis ainsi d’opérer un renversement : identifier des objectifs précis d’ordre fonctionnel (techniques d’expression, compétences discursives à installer), linguistique (morphosyntaxique, lexical). L’U.D a permis aussi d’éviter la dispersion, a réduit l’improvisation et a obligé l’enseignant à une activité pré-pédagogique plus sérieuse et plus intense.

 

I. Principes organisateurs de l’Unité Didactique.

L’unité Didactique est un module ou unité d’apprentissage qui s’articule en trois temps :

1. La saisie globale d’un ensemble qui s’impose dès l’abord dans ses grandes lignes.

2. La décomposition de ce tout en ses éléments constitutifs par l’opération dite d’analyse.

3. La reconstruction du tout à partir de ses constituants en tenant compte de leurs caractéristiques propres et des rapports qu’ils entretiennent entre eux.

A la saisie intuitive initiale succède, en phase d’analyse puis de synthèse une appréhension consciente de l’objet étudié.

 

Au plan pédagogique, cela se traduit de la manière suivante :

1. Une phase globale se rapportant à la compréhension d’un document (texte support) écrit ou oral. (Ici, l’apprenant est exposé à un type discursif et aux éléments auxquels il faudra attirer d’une manière ou d’une autre son attention.)

2. Une phase d’analyse prenant en charge l’étude détaillée des éléments constitutifs du document (organisation (structure) textuelle, vocabulaire relationnel et thématique, outils morphosyntaxiques).

3. Une phase de synthèse ou d’expression écrite, moment de réinvestissement et de reproduction du modèle discursif.

II. Les contraintes dans l’élaboration d’une Unité Didactique.

 

L’enseignant doit :

1. avoir une vision claire des objectifs généraux de l’enseignement/apprentissage du français dans le secondaire : quelles compétences et performances doit acquérir l’apprenant qui sort de la 3ème A.S, qu’il entre à l’université ou qu’il s’engage dans le monde du travail ?

Ici, l’enseignant n’a pas à se substituer à l’Institution, mais de se conformer rigoureusement aux instructions. Une connaissance des programmes de français dans le secondaire (enseignement général et technique) par le professeur doit être sans reproche.

2. identifier les prérequis et les préacquis des apprenants qui permettront à l’enseignant de définir  d’une part, ses objectifs d’enseignement/apprentissage et d’autre part construire le programme de remédiation  spécifique au groupe-classe qu’il a à charge.

3. se soucier du pré-pégagogique, c’est-à-dire fournir l’effort nécessaire de transposition didactique des connaissances qu’il propose à ses apprenants. Cette activité pré-pédagogique se traduira par le choix des supports répondant aux exigences du projet de l’U.D, c’est-à-dire ceux permettant l’étude :

1. d’un modèle d’expression.

2. d’un vocabulaire relationnel et thématique.

3. d’un ou de plusieurs points de langue (grammaire).

4. du type de production attendue des apprenants en phase d’expression écrite.

III. Modalités pratiques de l’Unité Didactique.

 

L’unité didactique dont on vient de définir l’esprit, l’organisation et les contenus doit s’appuyer, pour son élaboration et sa réalisation sur des dispositions pratiques qui en faciliteront le contrôle permanent et ainsi lui assureront la cohérence et l’efficacité nécessaires.

Il convient à cet égard :

1.      d’établir un projet d’unité didactique rapide mais complet qui servira de base à la construction ordonnée et pertinente des plans de cours et fera mieux saisir, par la vue d’ensemble, l’économie générale et les insuffisances éventuelles du travail envisagé. (cf. modèle ci-dessous).

2.      de consigner ce projet dans un cahier journal qui permettra le suivi et le contrôle permanents du travail et de ses résultats.

3.      d’élaborer des plans de cours (fiches de préparation ou d’exploitation) détaillés qui décriront avec précision le déroulement réel et pratique, en classe, des phases, sous phases et moments de l’U.D projetée.

CANEVAS  D’UN PROJET D’UNITÉ DIDACTIQUE.

 

Classe :……………… ……………

Projet didactique : Référence au Plan de Formation de la classe (1ère, 2ème ou 3ème A.S)

 

- Objectif général du projet  ou de l’unité didactique. (Compétence finale à installer en fin de projet).

 

Supports :

- Nature :……………………

- Intitulé:...............................

-Titre et références……………................…

            Établir en outre un inventaire précis et pertinent des objectifs spécifiques possibles de l’exploitation du/des support(s) (texte choisi) selon les trois dimensions de celui-ci :

le modèle d’expression (organisation textuelle),

le vocabulaire (relationnel et thématique),

la grammaire.

(La détermination de ces objectifs doit faire apparaître la cohérence du projet).

Ici, l’enseignant doit se conformer scrupuleusement à l’objectif général (compétence finale à faire acquérir) prévu dans le Plan de Formation officiel (le référentiel de compétence) de la classe.

PROCESSUS D’EXPLOITATION.

 

I/   Phase globale : (Compréhension de l’écrit) : Durée une à deux heures.

L’objectif de cette séance est la saisie globale du texte dans ses quatre aspects fondamentaux :

-  typographique,

-  discursif,

thématique,

-  grammatical.

II/  Phase d’analyse : durée : trois heures ou plus.

Cette étape doit présenter l’EXPLICITATION (l’étude analytique détaillée) de chacune des caractéristiques fondamentales du texte, à savoir :

1. Le modèle d’expression (structure et organisation textuelles).

2. Le vocabulaire :

          a)  Relationnel,

          b)  Thématique.

3. La grammaire.

Evidemment, l’enseignant aura à définir pour chacune de ces composantes, outre la durée et les objectifs spécifiques, les différents moments qui les articulent. Le PES aura à construire aussi les contenus, les voies et moyens pédagogiques  selon des objectifs opérationnels définis avec précision.

Schématiquement cela se traduira par la présentation suivante :

 

1ère séance : Compréhension de l'écrit (Etude du modèle d’expression ): (durée…)

Objectif spécifique. (à définir par l’enseignant)

  Moment1. (Quels objectifs opérationnels ? Quelles activités ?) –  Quelles modalités d’évaluations ?

  Moment2. (Quels objectifs opérationnels ? Quelles activités ?) –  Quelles modalités d’évaluations ?

  Etc.

2ème séance : Vocabulaire : (durée à déterminer)

Objectifs spécifiques ( à définir…)

1.Vocabulaire thématique.

      Moments. (Quels objectifs opérationnels ? Quelles activités ?) – Quelles modalités  d’évaluation ?

2.Vocabulaire relationnel.

       Moments. (Quels objectifs opérationnels ? Quelles activités ?) – Quelles modalités d’évaluation ?

3ème séance : Grammaire.

Objectif spécifique. (à définir par l’enseignant)

Quels points de langue les apprenants auront à apprendre ?

Moments : (Quels objectifs opérationnels ? Quelles activités ?) –  Quelles modalités d’évaluation ?

 

III. Phase de synthèse : (durée à déterminer)

Objectifs spécifiques ?

Ici, il convient de définir  la nature et la durée des activités d’écriture qui prépareraient au mieux le réinvestissement  par les apprenants  du modèle d’expression. Lors de cette séance, le professeur fournira à ses élèves des outils facilitateurs à l’apprentissage de l’écrit (grilles d’indicateurs de réussite et des aides à l’expression écrite)

 

 

IV. Phase d’évaluation : (le Compte rendu d’expression écrite).

1.   Evaluation :

En référence aux grilles d’indicateurs de réussite et des grilles d’évaluation préalablement établies, explicitées et distribuées, l' apprenant sera informé sur :

-   Le degré de maîtrise de la compétence à acquérir.

La nature du dysfonctionnement textuel constaté dans sa production.

 

2.  Le compte rendu d’expression écrite :

Le compte rendu de rédaction est la dernière étape d’un apprentissage inscrit dans le cadre de l’Unité didactique. Ainsi, c’est à travers la correction des copies d’élèves que l’enseignant va observer le degré de réinvestissement par les apprenants du modèle d’expression et des notions morphosyntaxiques et lexicales dispensés tout le long de l’U.D.

Le compte rendu est donc un moment important de remédiation aux difficultés rencontrées par les apprenants dans leur textualisation (production écrite). C’est dans cette vision que le compte rendu doit-il être perçu.

Il est par conséquent nécessaire de remettre en question cette manière de corriger qui se limite généralement à des phénomènes de surface (orthographe, conjugaison, syntaxe, lexique) ou à des remarques « verdictives » (Mal dit, Maladroit, Impropre, Incorrect…) qui, le plus souvent ne veulent rien dire pour les élèves.

Le compte rendu de rédaction doit s’orienter plutôt vers la correction des dysfonctionnements profonds de la composante textuelle dans les reproductions écrites des apprenants.

Aussi le professeur doit-il être capable de relever, dans les copies de ses élèves, ces erreurs textuelles, d’analyser leurs incidences et leurs portées afin de pouvoir prescrire une remédiation .

 

3.   Les activités de remédiation :

Des activités d’élargissement et de soutien pourraient être menées parallèlement à celles qui seront définies dans l’U.D suivante. Elles seraient très diverses et elles pourraient être ponctuelles ou suivre le déroulement d’une séries d’unités didactiques. Dans tous les cas, il conviendrait de leur réserver une place dans le projet de l’U.D suivante en indiquant : leur nature, leurs objectifs, leurs contenus et leur durée...

 _____________________________

 

P.S. Perspectives méthodologiques dans l’enseignement/apprentissage du F.L.E dans le secondaire.

Après vingt ans d’utilisation, l’U.D a montré un certain nombre d’insuffisances dont on peut citer entre autres :

-  son caractère mécaniste, imposant une présentation rigide en phases, sous-phases et moments ;

- enferme les apprenants tout comme le professeur dans un carcan qui laisse peu de place à l’apport de l’élève et à la liberté de l’enseignant ;

- manque de souplesse, ne présentant pas la flexibilité nécessaire qui lui permettrait d’intégrer les imprévus pédagogiques, les réactions des apprenants qui, éventuellement, pourraient manifester un besoin de discuter tel ou tel problème.

Aussi, et en réponse à ces remarques, assistons-nous ces dernières années à un renouveau méthodologique dans l’enseignement du F.L.E et ce par l’introduction de la pédagogie de projet qui, sans remettre totalement en cause l’U.D, l’intègre comme un moyen (tel un maillon) au service d’un projet didactique plus global, plus souple et plus diversifié impliquant directement et étroitement apprenants et enseignant à la réalisation d’un projet didactique plus fonctionnel.

Ainsi, les U.D, dans ce cadre plus vaste, ne seront plus à juxtaposer. Elles seront structurées (articulées) dans un enchaînement fonctionnel cohérent, participant à promouvoir un enseignement/apprentissage plus dynamique où se rejoignent et se croisent  des projets individuels et de groupes pour la construction d’une production terminale socialisée plus riche car plus motivée et motivante.

M.DJOUDI.

Bibliographie :

- L’Unité Didactique, dispositions pratiques.

Texte diffusé en 1978 par Monsieur MALTI, Inspecteur Général de la Pédagogie.

- Didactique du français, langue étrangère dans le secondaire algérien.

Tayeb BOUGUERRA. Ed. O.P.U Alger 1991.

- Enseignement du français. 1ère A.S. Livre du professeur. Ed. I.P.N 1989

- A propos de l’Unité Didactique.  Le collectif des I.E.F de français.

- La pédagogie de projets. (Programme de français, 2ème, Langue Etrangère. Ed. O.N.P.S Alger 1999.

 

  PROGRAMME DE FRANÇAIS DANS LE SECONDAIRE            Nouveau Programme de 1°A.S

DOCUMENTATION         LEXIQUE       LA PÉDAGOGIE DU PROJET       LA PÉDAGOGIE PAR OBJECTIF

      HAUT DE LA PAGE.                ACCUEIL