Les avantages et les inconvénients du jeu

 
 
 
Avantages reconnus au jeu en pédagogie
 
Selon JEAN-MARC CARE, parmi les vertus historiquement reconnues au jeu, il y a...
• son mimétisme (anticipation du monde des adultes) ;
• sa capacité de transmission culturelle et
• son caractère d'instrument de socialisation.
Cependant, le jeu reste associé à la récréation et rarement à un objectif d'apprentissage précis.
 
Les nouveaux arguments en faveur du jeu en classe de français : Le jeu...
• aurait des effets récursifs sur la langue ;
• présenterait un fonctionnement proche de l'interaction langagière;
• resterait proche de la mobilité de la langue;
• mettrait en marche des potentialités combinatoires illimitées ;
• permettrait une initiation au plaisir verbal;
• produirait des effets ludiques à partir de stratégies de détournement.
• De plus, le jeu peut être associé à différentes étapes d'apprentissage :
* premières heures, pour la motivation et la création d'habitudes de travail;
* développement de la fluidité et de la spontanéité;
* dépassement de l'identification administrative;
* premières interactions;
* mais aussi... au travail sur la grammaire, le jeu théâtral, les jeux d'images, les pratiques d'écriture.
 
Selon BERNARD DUFEU, le jeu...
 
• invite à un comportement communicatif global (corps, sensibilité, intellect) ;
• fait vivre la langue en action et en relation (situation de communication plus proche de la réalité linguistique) ;
• permet au participant de s'exprimer dans la langue étrangère et de ne plus se borner à reproduire la langue du manuel;
• peut faire naître une atmosphère de spontanéité créatrice qui favorise la résurgence de connaissances antérieures;
• décentre la relation pédagogique (le professeur n'est plus origine, centre et aboutissement des activités linguistiques) ;
• crée un espace privilégié à l'intérieur de l'espace classe;
• favorise le développement d'attitudes, aptitudes et comportements communicatifs ;
• peut avoir un impact personnel et favoriser une plus grande prise de conscience de soi.
 
Selon D. CHAUVEL ET V. MICHEL, le jeu des enfants présente des...
Avantages affectifs car il permet de...
• dépasser l'égocentrisme;
• adopter une position de leader;
• multiplier les contacts;
• apprendre à gérer la collaboration, l'accord, l'opposition;
• découvrir la règle de façon autonome;
• établir des rapports basés sur le respect de conventions réciproques.
 
Avantages moteurs car il permet de...
 
• évaluer ses facultés, être motivé pour les dépasser ;
• fournit l'occasion de perfectionner son habileté par la fabrication de ses propres jeux.
 
Avantages cognitifs car il aide à...
 
• l'élaboration de structures mentales : classification, ordination, recherche de relations ;
• la structuration du temps et de l'espace ;
• fournir des éléments de logique pour la résolution de problèmes;
• la maîtrise de symboles;
• développer l'expression et la communication;
• connaître son environnement.
 
D'autres théoriciens ajoutent que le jeu...
• facilite le travail d'une classe hétérogène;
• oblige l'enseignant lui-même à reconsidérer son rapport à son corps, à sa langue et à sa société ;
• contribue à développer des aptitudes proches de celles du travail en équipe;
• permet de décloisonner des disciplines habituellement isolées;
• articule activités d'éveil et activités de civilisation;
• développe l'intelligence, l'observation, la motivation, l'esprit critique, les facultés d'analyse et de synthèse.
 
Les jeux improvisés développeraient en outre...
 
• l'aptitude à gérer l'imprévisible;
• l'aptitude à exploiter simultanément toutes ses ressources ;
• l'aptitude à s'engager dans une activité langagière sans préparation linguistique spécifique ;
• l'expérience de la fantaisie et du plaisir;
• la désacralisation du savoir et du langage.
 
De plus, le jeu encourage la détente émotionnelle, intellectuelle et physique. Il contribue à introduire la notion d'émulation. Il peut favoriser le respect d'une certaine discipline grâce au besoin d'observer la règle. Il aide à désacraliser la faute...
 
Les inconvénients possibles du jeu
 
Les jeux deviennent de simples recettes par peur de...
• l'inconnu ;
• le changement;
• se remettre en question;
• renoncer à ses privilèges;
et par manque de...
• temps ;
• espace ;
• étayage théorique;
• d'information (pas assez de circulation des idées).
 
Difficultés dues au contexte pédagogique :
• décalage entre le mode habituel d'enseignement et les conditions de réalisation du jeu;
• peur de perdre du temps, insécurité due à une progression qui échappe aux normes traditionnelles;
• attribution d'une fonction exclusive de transfert du matériel linguistique;
• risque de dérapage vers la langue maternelle lorsque le jeu est très prenant;
• absence fréquente de traces écrites qui ne favorise pas la pédagogie de l'erreur.
• le jeu, utilisé comme test informel, peut inhiber certains participants.
 
Difficultés dues au changement de statut des participants :
• nécessité de s'exprimer de façon plus autonome et personnelle (les participants quittent le cadre contraignant mais sécurisant que leur donne la relation de dépendance hiérarchique et affective professeur/élève) ;
• peur de s'exposer en groupe due à la perte de l'anonymat;
• raisons d'ordre personnel (timidité, par exemple) ;
Difficultés d'ordre technique
• souvent, le jeu exige des espaces qui ne correspondent pas aux dimensions habituelles d'une salle de classe;
• absence d'échauffement;
• dans certains cas, indication d'un matériau linguistique à utiliser ou détermination du déroulement du jeu qui peuvent brider un comportement personnel;
• erreurs dans la mise en place du jeu ou dans le choix des déclencheurs ;
• difficulté à gérer le bruit.
 
et aussi...
• idéalisation ambivalente du jeu;
• surinvestissement ludique;
• manque de conviction.
 
Document réalisé par Haydée Silva. Stage du BELC.
 
     

Activités ludiques           Documents audio

Plan du site         Accueil