Retour à Accueil

 

oasisfle/expo

Miniaturiste 

1896 - 1975

Biographie:
-  1896, naissance au sein d’une famille d’artistes enlumineurs, graveurs et sculpteurs sur bois de la Casbah d’Alger, son grand père et son père exerçaient dans leur atelier qui jouissait d’une notoriété certaine,
-   A quatorze ans, après avoir obtenu son certificat d’études, il entre au Cabinet de Dessin de l’Enseignement Professionnel. Il y étudie les motifs graphiques et découvre la miniature,
-   1914, rencontre avec le peintre Orientaliste Nasredine DINET, qui lui confie l’ornementation de son livre « La vie de Mahomet »,
 1917, première miniature, « Rêve d’un poète ».
Il obtient une bourse de la Casa Velasquez qui lui permet de visiter l’Espagne, l’Andalousie, (mosquées, palais, jardins, céramiques, musique et manuscrits) et l’Angleterre, Londres, (manuscrits et miniatures arabo–musulmans notamment, de Bezhad et El Wasiti, le Musée de la Marine où il étudie l’architecture navale.

 
-  1919, première exposition à Alger (L’Espagne Andalouse et Le Vieil Alger),
-  1922, il s’installe à Paris, il y entame des travaux pour l’éditeur d’art Piazza,
notamment, l’illustration des douze volumes des Mille et une nuits,
-   1924, la Société des Peintres Orientalistes Français lui décerne la médaille d’or,
-   1932, le 24 Mai, mariage avec Melle Karine BONDESON, de nationalité suédoise et retour à Alger,
-   1933, il reçoit le Grand Prix Artistique d’Algérie,
-   1934, il est nommé Professeur à l’Ecole des Beaux – Arts d’Alger, où il enseigne l’Art de
la Miniature Algérienne,

-   1937, ses œuvres sont exposées au Pavillon de l’Algérie à l’Exposition internationale,
-  1950, il est élu membre honoraire de la Société Royale des peintres et miniaturistes d’Angleterre,
-   1960, Edition de « La vie musulmane d’hier »,
-   1972, Edition de « Mohammed Racim, Miniaturiste Algérien »,
Cet ouvrage a été réédité par l'E.N.A.L. Alger, en 1990.
Cette édition diffère des précédentes par sa présentation et par l'apport de cinq
oeuvres inédites grâce à la coopération du Musée National des Beaux Arts d'Alger.
-   1975, Décés en même temps que son épouse, dans des circonstances tragiques et jamais élucidées.
* Pensée pour Mohamed Racim par Mohamed KHADDA.

En réalité, à les regarder sans parti-pris,

ses oeuvres relèvent d'une culture, d'un milieu algérois, et d'un héritage

arabo-musulman;

leur technique, tout autant que leurs thèmes et leur style,

ne doivent presque rien à un contact occidental sinon

une plus grande insistance vériste

et didactique de l'image."

Golibert

______________________________________________

Plan du site             Nacer Eddine Dinet     Accueil