Jean SENAC

Né le 29 novembre 1926 à Beni Saf (Oranie) dans une famille ouvrière d'origine espagnole. Dès sa quinzième année, il publie des poèmes dans Oran-Républicain. II découvre les oeuvres de Camus, Eluard, Char, qui le marqueront. Après 1954, il rejoint le F.L.N. Rupture publique avec Camus en 1956. A Alger, en 1962. En 1963, secrétaire de l'Union des écrivains algériens. Jean Sénac fait énormément pour aider les jeunes poètes à faire entendre leur voix: émissions poétiques, récitals, anthologie. Assassiné chez lui à la fin du mois d'août 1973, il est enterré près d'Alger à Aïn Benian. Jamel-Eddine Bencheikh dira de lui qu'il était « l'homme-poète », non pas « maître à penser » mais « maître à aimer " ; et il ajoute : « Ma terre aura encore fourni un grand poète à son temps » (« Une île contre la mort ", Afrique-Asie du 1er octobre 1973). Du 22 au 24 septembre 1983 se sont tenues des Rencontres méditerranéennes en hommage à Jean Sénac, « Le Soleil fraternel " (éd. du Quai, Marseille).

 

Jean Sénac a été instituteur et a eu également d'autres emplois. Il a créé des revues littéraires, Soleil, Terrasses.

 

Poèmes (Paris, Gallimard, 1954, avec un avant-propos de René Char) ; Le Soleil sous les armes (essai; Rodez, Subervie, 1954) ; Matinale de mon peuple (poèmes; Rodez, Subervie, 1961, avec une préface de M. Lacheraf) ; Aux héros purs (éd. spéciale pour les députés de l'Assemblée constituante à Alger, octobre 1962) ; Le Diwan du môle (éd. de luxe à 60 ex., Paris, 1962) ; Le Torrent de Baïn (Paris, éd. Relâche, 1962) ; La Rose et l'Ortie (Paris, Rhumbs, 1964) ; Citoyens de beauté (Rodez, Subervie, 1967) ; Avant-corps, précédé de Poèmes iliaques et suivi de Diwan du noun (Paris, Gallimard, 1968) ; Antologie de la nouvelle poésie algérienne, Paris, Saint-Germain-des-Prés, 1971) ; Les Désordres (Paris, 1972) ; A Corpoème (Paris,P.-J. Oswald) et Dérisions et Vertige (Paris, Gallimard), à titre posthume.

 

Citoyens

de

Beauté

 
Et maintenant nous chanterons l’amour
Car il n’y a pas de Révolution sans Amour,
Il n’y a pas de matin sans sourire.
La beauté sur nos lèvres est un fruit continu.
Elle a ce goût précis des oursins que l’on cueille à l’aube
Et qu’on déguste alors que l’Oursin d’Or s’arrache aux
               brumes et sur les vagues module son chant.
Car tout est chant- hormis la mort !
Je t’aime !
Il faut chanter, Révolution, le corps sans fin renouvelé de la Femme,
La main de l’Ami,
Le galbe comme une écriture sur l’espace
De toutes ces passantes et de tous ces passants
Qui donnent à notre marche sa vraie lumière,
A notre cœur son élan.
Ô vous tous qui constituez la beauté sereine ou violente,
Corps purs dans l’alchimie inlassable de la Révolution,
Regards incorruptibles, baisers, désirs dans les tâtonnements de notre lutte,
Points d’appui, points réels pour ponctuer notre espérance,
Ô vous, frères, citoyens de beauté, entrez dans le Poème !
 
In Citoyens de beauté. Ed. Subervie. Rodez,1967    / Les illustrations " Talismans-Sénac" sont de D. MARTNEZ
 

Le Galet tatoué

 

Ta présence

Eut anéanti le poème?

Le monde a-t-il tellement besoin de poèmes?

N'a-t-il pas besoin d'hommes heureux

D'un bonheur silencieux furibond sans axe?

De tes lèvres à mes lèvres

Le poème ne serait qu'un paraphe

Sans postérité sur l'espace fantastique

Le temps émerveillé

La mort vaincue

Toi et moi devenus vie

Serions création continue

Nul besoin de trace.

Corpoème, qu'en ferions-nous?

 

Athènes et Jérusalem Conjuguées (Conjurées)

(Je remercie infiniment Monsieur Gildas FORTIN de m'avoir permis de lire ce magnifique poème)

Hommage au poète algérien Jean Sénac: http://dzlit.free.fr/senac.html

Article: L'Algérie célèbre le poète oranais, Jean Sénac: sur http://www.afrik.com/article7630.html

Lire: Jean Sénac Pour une terre possible... Poèmes et autres textes inédits; Ed, Marsa.1999

 Poésie Algérienne    F. Fanon    M. Dib    T.Djaout   Nina Bouraoui    Yasmina Khadra    Littérature Palestinienne    

POÉSIE MYSTIQUE        L'Emir ABDELKADER        APULÉE DE MADAURE      BEN BADIS 

POÉSIE FRANÇAISE      CHANSONS FRANÇAISES       Gaston Miron

HAUT DE LA PAGE